#InterviewDeLaSemaine - Invité Alex Drivot

Salut Alex, tu es devenu le nouvel entraineur de l’équipe 3, mais avant de devenir entraineur, tu étais joueur pour l’O.R. peux-tu nous raconter ton parcours en tant que joueur ?

J’ai commencé à jouer à l’ASVR (anciennement l’O.R.) en benjamin en 1995. Oui toutes les catégories, et j’ai arrêté un an l’année dernière après une saison très compliquée j’avais besoin de faire une pause, mais ça n’a pas duré longtemps puisqu’on a rapidement monté le projet de reprendre la 3 avec Benoît et Sylvain

Comment t’es venue l’idée de devenir entraineur ?

Je crois que c’est venu naturellement, comme une continuité, j’ai toujours aimé la gestion d’un groupe et je souhaitais pouvoir non seulement transmettre mon expérience mais aussi pouvoir rendre un peu au club tout ce qu’il m’a apporté toutes ces années. Et puis honnêtement je sentais aussi que c’était compliqué physiquement de continuer à jouer, donc c’était pour moi la suite logique qui me permettait de vivre ma passion tout en découvrant un nouveau rôle.

Comment as-tu appréhendé les premiers entrainements/matchs de l’équipe ?

Je me suis d’abord appuyé sur l’expérience de Cédric, j’ai aussi taché de me documenter le plus possible pour pouvoir proposer des séances cohérentes par rapport à ce que j’attendais du groupe. J’échange beaucoup avec Benoît et Sylvain et on avait bien préparé la saison en amont, on a bien bossé sur l’effectif ce qui permet d’être toujours nombreux aux entraînements, donc forcément c’est agréable. Du coup la prise de marque a été plus simple et rapide.

Quelles ambitions as-tu pour l’équipe ?

Les objectifs ont été clairement annoncés dès le début de la préparation, c’est évidemment de pouvoir accéder au niveau supérieur. On se veut ambitieux et on le reste même si les résultats ne sont pas encore à la hauteur de nos espérances dans une poule très équilibrée, j’ai confiance dans mon groupe, il y a de la qualité, à nous de bien bosser et de trouver les réglages qui nous permettrons d’aller chercher une montée.

Justement comment juges-tu le début de saison, sur les matchs et le groupe ?

Il est clair que le bilan n’est pas bon, avec en point d’orgue une lourde défaite face à Aubenas. On a du mal à mettre en place notre projet de jeu, et la rotation d’effectif, tout à fait normal pour une 3, ne nous aide pas à trouver nos marques. Pour autant je suis convaincu que nous avons les moyens de mieux faire, avec un équilibre entre joueurs d’expérience et jeunes à potentiel. La poule est relevée et équilibrée avec beaucoup de jeunes dans les équipes adverses, la D5 a beaucoup changé depuis mes débuts en senior et le niveau y est vraiment bon.   

Comme tu le dis l’effectif a souvent changé et pas toujours complet, alors on t’as vu joué certains matchs, est-ce pour dépanner ou tu as envie de re sortir les crampons ?

 Les matchs que j’ai dû jouer c’était vraiment par nécessité, je privilégie les joueurs avant tout, et même si l’envie est là, mon dos ne me permet pas d’enchaîner. Le projet a toujours été d’être une option pour dépanner mais je préférerai pouvoir aligner des jeunes et les faire progresser. D’autant que c’est très difficile de coacher efficacement en étant sur le terrain, mais on s’adapte. 

En parlant de coaching dans l’équipe actuel, il y a certains de tes amis et même ton frère, comment gères-tu cet aspect ? N’est-il pas trop difficile de devoir prendre certaines décisions ?

Tout a été cadré dès le départ pour que ça n’interfère pas dans les prises de décision. J’ai insisté sur la discipline au sein du groupe, et aucun privilège n’est accordé, tout le monde est sur le même pied d’égalité. Du coup c’est plutôt un plaisir et ça participe à la bonne ambiance dans l’équipe.

D’accord, pour finir on va parler de la mise en place des amendes, pour toi qui sera le plus en retard, qui sera le plus concerné ?

Franchement j’aimerai te balancer un nom ou deux pour la vanne mais les gars sont vraiment sérieux, tellement qu’à ce rythme on ne va pas pouvoir partir bien loin à la fin de la saison ! (Rires)

Interview d'Alex Drivot par Corentin Perge (15/11/2020)